Les priorités de notre majorité pour les mois à venir


Le Premier ministre Jean Castex s’est récemment exprimé sur les priorités du Gouvernement et de sa majorité. Il a rappelé que nous serons mobilisés jusqu'à la fin du quinquennat.

La vigueur de la reprise de l'activité économique se confirme puisque récemment, le chômage est repassé à son niveau d’avant crise et l’Insee a rehaussé sa prévision de croissance à 6,25% pour 2021. 4% sont prévus en 2022. La moitié des 100 milliards d’euros du plan de relance ont déjà été engagés, l’objectif étant d’en dépenser 70% d’ici la fin de l’année.

Hors la sortie durable de la crise sanitaire, qui reste la première priorité, voici nos grands chantiers pour les mois à venir ↓

Renforcer l’accompagnement vers l’emploi

Depuis le début de l’année, ce sont les créations de postes qui surprennent par leur ampleur : 440 000 entre janvier et juin.

La France doit faire face aux difficultés de recrutement dans de nombreux secteurs, comme celui de l’industrie ou de la restauration. Et ce n’est pas fini : Pôle Emploi affiche ces jours-ci environ un million d’offres en permanence, plus que d’habitude.

La réforme de l’assurance chômage qui commence à entrer en vigueur à partir du 1er octobre va dans le sens d’une incitation au retour à l’emploi et d’une réduction des contrats précaires. Juste et nécessaire, elle incite les entreprises à limiter les emplois courts, accompagne les demandeurs d'emplois et s’inscrit dans l'action de notre majorité depuis 2017 : encourager le travail.

Nous avons également beaucoup agi pour l’apprentissage et la formation, obtenant des résultats inédits pour le pays. Il faut désormais renforcer ces dispositifs, en particulier en faveur des jeunes et des demandeurs d’emploi de longue durée. C’est tout le sens du plan d’investissement dans les compétences que le Premier ministre et la ministre du Travail, ont annoncé fin septembre et qui consacre 1,4 milliards d’euros à la lutte contre le chômage de longue durée et au soutien la formation des salariés.

De nouvelles avancées sociales

Devant les excellents résultats du plan « 1 jeune, 1 solution » (2,6 millions de jeunes bénéficiaires d’aides), Elisabeth Borne, poursuit les concertations dans le but de construire un revenu d’engagement, un accompagnement exigeant reposant sur une logique de devoirs qui accordent des droits.

Pour les 3,6 millions de travailleurs indépendants en France le Président de la République a annoncé jeudi 16 septembre un plan — détaillé par le ministre en charge des PME Alain Griset le lendemain à Domont — qui leur sera dédié, et qui sera concrétisé par un projet de loi dont nous débattrons au Parlement à partir du 25 octobre.

Valoriser les métiers, particulièrement ceux dits « en tension », est une priorité gouvernementale. Le Premier ministre a appelé aux négociations dans les branches pour la revalorisation des salaires, notamment via les minima de branche. Les appels à la négociation ont déjà porté leurs fruits : à la suite des conférences sur le dialogue social du mois de juillet, des accords ont été conclus, notamment dans la branche Fédération du commerce.

Enfin, Jean Castex a tenu à souligner les actions menées sur trois chantiers prioritaires du quinquennat :

  • L’action contre la criminalité et la délinquance : 10 000 nouveaux postes de police ont été créés sous le quinquennat, hausse de 8% du budget de la justice en 2021. Cet effort sera renouvelé en 2022 ;
  • La protection sociale et du système de santé : les accords de Ségur ont permis une augmentation de salaire pour 1,5 million de soignants et 19 milliards d’euros seront consacrés à la phase II du Ségur de la santé ;
  • Recréer de la proximité en donnant plus de pouvoir aux administrations déconcentrées : une majorité de créations d’emplois autorisées dans le budget 2022, que nous discuterons dans les prochains jours, seront affectées aux services départementaux de l’État.

Le Premier ministre a par ailleurs rappelé que si la réforme des retraites est une nécessité, les conditions ne sont toujours pas réunies pour la mener. Favoriser l’unité du pays est une priorité face à une situation sanitaire qui appelle toujours à la prudence.

« 200 jours nous séparent des prochaines échéances démocratiques, rendez-vous évidemment essentiel pour notre pays. 200 jours pour agir jusqu'au bout, car c'est non seulement l'intérêt du pays, mais c'est évidemment la conception que nous nous faisons de notre responsabilité » 
Jean Castex, Premier ministre


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion