Lutter contre la pauvreté par l’accès à l’emploi : le Val-d’Oise sélectionné

Je me félicite que le Val-d’Oise ait été retenu parmi les 31 territoires à travers le pays dans le cadre du Service Public de l'Insertion et de l'Emploi (SPIE), dispositif efficace pour lutter contre la pauvreté grâce à l'accès à l'emploi.

Qu'est-ce que le SPIE ?

Le SPIE concerne tous les publics rencontrant des difficultés sociales et professionnelles dans leur accès au marché du travail : allocataires du RSA, jeunes, personnes en situation de handicap... Chaque personne doit pouvoir bénéficier d’un accompagnement adapté à sa situation, coordonné entre les différents intervenants sans avoir à multiplier les démarches.

Avec ce dispositif, les acteurs de l’insertion sociale et professionnelle s’unissent pour renforcer l’accompagnement des personnes vers l’activité et l’emploi.

État, départements, Pôle emploi, CAF, missions locales, Cap emploi, régions, communes et EPCI, associations et entreprises conjuguent leurs efforts pour garantir des parcours d’insertion sans rupture et travailler de concert pour l’accompagnement des jeunes, des allocataires du RSA, et des demandeurs d’emploi dont des personnes en situation de handicap. Cette approche commune favorisera la continuité des étapes jusqu’à la reprise d’activité et ce même lorsque qu’une personne change de statut administratif (jeunes avant et après 25 ans, personne qui devient ou cesse d’être allocataire du RSA, salarié d’une entreprise d’insertion à l’issue de son contrat…).

Pour comprendre le dispositif en une image :

Quels actions concrètes pour favoriser le parcours d’accompagnement vers l’emploi ?

1. Un diagnostic pour concrétiser son projet de reprise d’activité :

  • Proposer aux personnes une même méthode de diagnostic quelle que soit la structure qui accompagne (département, Pôle emploi, mission locale, Cap emploi, PLIE…)
  • Réaliser ces entretiens de diagnostic et projet conjointement par un spécialiste du champ social et du champ professionnel.

2. La coordination et le suivi partagé du parcours :

  • Systématiser un point de situation de toutes les personnes accompagnées pour s’assurer qu’elles ont des entretiens réguliers, que les délais sont réduits entre chaque étape du parcours, par exemple, entre une immersion en entreprise et une entrée en formation
  • Organiser des groupes de professionnels de différentes structures pour qu’ils identifient ensemble des solutions pour les personnes qui rencontrent le plus de difficultés dans leur retour à l’activité
  • Proposer aux personnes de continuer à les accompagner dans les premiers mois de leur reprise d’activité

3. La coordination et la connaissance de l’offre :

  • Recenser les solutions d’insertion dans les champs professionnels et sociaux sur le territoire
  • Organiser la mobilisation des entreprises pour favoriser le retour à l’emploi dans les secteurs en tension via les immersions et la formation ;
  • Concevoir ensemble de nouvelles offres d’accompagnement

4. Une méthode d’accompagnement :

  • Associer les usagers à l’évaluation des accompagnements
  • Développer la formation et les temps d’échanges conjoints entre les professionnels des différents acteurs

Quel sera le soutien et le rôle de l’État ?

En 2021 l’État consacre un budget total de 30 Millions d’euros pour le déploiement du SPIE dont :

  • 15 Millions d’euros pour soutenir la mise en œuvre des projets dans les territoires retenus
  • 15 Millions d’euros pour l’accompagnement technique national dont les solutions numériques.

Membre de chaque consortium SPIE, l'Etat impulsera une dynamique, aux côtés du conseil départemental et de Pôle emploi notamment, pour contribuer à conforter les partenariats et les projets du territoire. Préfets, commissaires à la lutte contre la pauvreté, DREETS et DDETS seront fortement mobilisés.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion