Renforcer la laïcité et les principes républicains

Le Président de la République a présenté, vendredi 2 octobre, sa stratégie pour renforcer la laïcité et les principes républicains dans notre pays. Un discours lucide et des mots clairs : nous devons nous attaquer au séparatisme islamiste.

Le 9 décembre prochain, 115 ans après la loi de 1905, Marlène Schiappa, Ministre déléguée à la citoyenneté, et Gérald Darmanin, Ministre de l’Intérieur, présenteront en Conseil des ministres un projet de loi pour renforcer la laïcité et consolider les principes républicains. Ce texte sera ensuite transmis à l’Assemblée nationale en janvier.

La mobilisation et la responsabilisation de nombreux acteurs sont au cœur de cette stratégie de lutte contre l’islamisme radical, qui repose sur cinq piliers.

Le premier pilier, c’est un ensemble de mesures d’ordre public et de neutralité du service public

Menus confessionnels à la cantine, exclusion des hommes ou des femmes de créneaux d’accès aux piscines, etc… : Avec la nouvelle loi, chaque préfet aura le pouvoir de suspendre les actes municipaux correspondant à ces situations, et, en cas de non-application de sa décision, de se substituer à l’autorité locale avec l’accord du juge. Un dispositif qui protégera les élus locaux qui, aujourd’hui, peuvent subir des pressions sur le terrain.

Compte tenu des dérives et des phénomènes de radicalisation constatés également dans des services publics concédés comme les transports, l’obligation de neutralité, inscrite dans la loi, sera applicable aux agents publics dans le cadre de leur action et sera aussi étendue aux salariés de ces entreprises délégataires.

Le deuxième pilier concerne les associations

Ceux qui portent ce projet de séparatisme islamiste ont investi le champ associatif parce qu'ils l'ont identifié comme l'espace le plus efficace pour diffuser leurs idées.

Pour cette raison, les motifs de dissolution des associations, qui sont, jusqu’à présent, très limités, seront étendus, pour y inclure notamment l’atteinte à la dignité de la personne ou les pressions psychologiques ou physiques.

De plus, toute association sollicitant une subvention auprès de l'État ou d'une collectivité territoriale devra signer un contrat de respect des valeurs de la République.

Le troisième pilier de la stratégie, c’est l’école

L’école est le cœur de l’espace de la laîcité. C'est ce qui permet dans notre société de bâtir ce commun qu'est la République. Or, des dérives sont constatées dans l’enseignement pour certains enfants et chaque mois, des structures, administrées par des « extrémistes religieux », sont fermées sur ordre préfectoral.

C’est pourquoi les contrôle sur les écoles hors contrats seront renforcés. De plus, l'instruction scolaire à domicile sera strictement limitée aux impératifs de santé. L'instruction deviendra donc obligatoire au sein de l’école et ce dès l'âge de trois ans.

La République s'est construite autour de l'école, qui forme plus que des individus, qui élève des citoyens, qui façonne des esprits libres et c’est ce que nous entendons renforcer.

Le quatrième pilier a l’ambition de bâtir un « islam des Lumières »

Afin de construire un islam qui puisse être en paix avec la République, il est d'abord nécessaire de libérer l'islam en France des influences étrangères.

Il sera mis fin au système des imams détachés avec, en contrepartie, l’ambition de former en France une génération d'imams défendant un islam pleinement compatible avec les valeurs de la République

Des dispositifs anti-putsch seront créés afin de protéger les responsables des mosquées des prises de contrôle hostiles par des extrémistes

Le cinquième pilier : faire aimer la République

Notre République a réussi quelque chose d'extraordinaire à la fin du 19ème siècle et au début du 20ème siècle, elle a réussi parce qu'elle a conquis, elle a installé un ordre républicain, elle l'a réussi par l'école, elle l'a réussi par ses services publics, par la justice mais elle l'a réussi parce qu'elle a fait aimer la République, parce que pour des tas d'enfants, la République a donné un avenir.

Beaucoup de choses ont été faites depuis trois ans : dédoublement des classes pour 300.000 élèves de quartiers souvent défavorisés, réforme de l’orientation et accompagnement des jeunes non diplômés, opération « Quartiers d’été » ou « devoirs faits », ouverture de 80 cités éducatives, labellisation de 530 maisons « France Service », réforme des financements de terrain pour les associations, de nouveaux moyens pour la justice de proximité, etc…

Et nous devons aller plus loin encore ! C’est pourquoi une part du plan de relance sera fléchée vers l'émancipation culturelle, économique, écologique de nos quartiers.

En somme, avec ce projet de loi, nous agirons par tous les moyens contre le fléau de l’islam radical, de l’Education à la Justice.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.