Une reprise économique plus forte que prévu... mais la vigilance face au virus reste de mise

L’économie française repart. Les engagements pris par le gouvernement ont permis d’assurer les conditions de la reprise et les économistes de la Banque de France tablent sur un rebond de 16% au troisième trimestre.

Désormais avec le plan de relance, notre objectif est de retrouver le niveau d’activité de fin 2019 dès le premier trimestre 2022.

La reprise se passe un peu mieux que prévu. A la fin août, la perte moyenne d’activité constatée était de -5 % par rapport à la normale, un peu au-dessus des anticipations des chefs d’entreprise, contre -9 % à fin juin et -7 % à fin juillet. Trois secteurs en particulier ont été mieux orientés que prévu d’après le gouverneur de la Banque de France : l’automobile, en amélioration très sensible, l’hébergement-restauration et le bâtiment qui lui est à 100 %, avec un certain nombre d’acteurs qui sont même au-dessus du niveau d’activité d’avant-crise.

Les anticipations des chefs d’entreprise sont, pour septembre 2020, approximativement au même niveau qu’en août, ce qui conduit à une prévision de croissance pour le troisième trimestre de +16 % : il s’agit d’un fort rebond par rapport au deuxième trimestre où la baisse du PIB a été de -13,8 %. Pour l’ensemble de 2020, la récession serait donc de -8,7 %, une amélioration par rapport à la prévision de -10,3 % faite en juin.

Pour lire l’intégralité de l’interview du gouverneur de la Banque de France François Villeroy de Galhau à ce sujet, cliquez ici

La vigilance reste de mise

Malgré tout, la vigilance face au virus doit rester de mise. Car aujourd’hui, nous sommes dans une phase d'aggravation de la circulation du virus :  le nombre de malades double tous les 15 jours.

Au 1er octobre, plus de 1 200 personnes atteintes du COVID-19 étaient en réanimation. Certes, le niveau est très inférieur à ceux atteints lors du pic de l’épidémie (7 000 malades en réanimation début avril), mais il progresse rapidement, puisqu'on comptait moins de 500 cas en réanimation début septembre. Et le taux de positivité des tests atteint 7,6 % contre 4 % début septembre.

Face à cette situation, si chacun d'entre nous fait encore un effort, réduit les contacts sociaux et respecte les gestes barrières, alors nous serons en mesure de faire reculer le virus.


Réalisation & référencement Simplébo

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.