3ème conférence du dialogue social : des annonces fortes pour l'emploi des jeunes & le pouvoir d'achat

Lundi 15 mars 2021 s’est tenue pour la troisième fois depuis le début de la crise sanitaire une réunion avec les organisations syndicales et patronales pour échanger sur l’évolution des aides et la méthode de concertation pour préparer la sortie de crise. On fait le point.

Retour de la prime Macron

La prime exceptionnelle « Macron », de 1000 euros, défiscalisée et exonérée de charges fiscales est à nouveau mise en place.

Étant précisé que les « travailleurs de la deuxième ligne » (caissiers, boulangers, agents de sécurité, travailleurs à domicile, etc.) devront en être les bénéficiaires privilégiés.

Il sera même possible d’augmenter le montant de la prime jusqu’à 2000 euros pour les branches et les entreprises qui négocieront des éléments de revalorisation de ces métiers (accès à la formation, rémunération, conditions de travail, etc.). Cette possibilité sera également ouverte aux entreprises ayant mis en place un accord d’intéressement qui permet un meilleur partage de la valeur au sein des entreprises.

Des mesures justes, qui témoignent de la reconnaissance que nous devons avoir envers ceux qui ont été le plus exposés durant la crise sanitaire.  

Prolongation des aides à l’embauche des jeunes

Avec plus de 500 000 contrats d'apprentissage signés, 2020 a été l'année de tous les records. Notre objectif est que ce record devienne la norme.

Parce qu'elles ont joué un rôle déterminant pour l'emploi des jeunes ces derniers mois face à la crise, les aides à l'embauche et à l'apprentissage du plan 1jeune1solution sont prolongées :

  • Prolongation de l’aide à l’embauche des jeunes (aide de 2500 euros pour les entreprises embauchant un jeune de moins de 26 ans) jusqu’au 31 mai 2021
  • Prolongation à l’identique jusqu’au 31 décembre 2021 de l’aide exceptionnelle pour l’alternance, allant de de 5000 euros pour l’embauche de tout alternant de moins de 18 ans – en contrat d’apprentissage ou en contrat de professionnalisation – à 8000 euros pour l’embauche d’un alternant de plus de 18 ans.

Objectif « sortie de crise »

Parce qu’il est important d’anticiper et d’accompagner le futur rebond, trois phases de concertations régulières entre le Gouvernement et les partenaires sociaux sont prévues.  

  • La première, prévue avant la fin de ce mois, concernera la levée des contraintes sanitaires pour chaque secteur, le contenu des protocoles sanitaires à appliquer ainsi que l’évolution souhaitée des dispositifs d’urgence.
  • La deuxième, qui se tiendra en avrilmai, aura pour but d’anticiper et d’adapter les accompagnements à la sortie de la crise sanitaire. À l’occasion de ces échanges, on évaluera les accompagnements économiques et sociaux qu’il sera nécessaire de mettre en place en sortie de crise dans le cadre du plan de relance.
  • Enfin, de juin à septembre, des concertations sur les changements durables induits par la crise seront organisées (évolution des emplois et des compétences ; pratiques de travail et de consommation et leurs conséquences sur l’emploi et l’aménagement des villes et des territoires…). De ces analyses pourront être déduites les mesures à mettre en place à moyen terme pour anticiper ces évolutions, notamment en matière de formation.

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion