QAG à Elisabeth Borne

À l’Assemblée Nationale

Mardi 15 juin, lors de la séance de Questions au Gouvernement, j’ai interrogé la ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Insertion Elisabeth Borne sur la sur-utilisation de contrats courts dans certains secteurs.

Hqdefault

Il est bon de rappeler que le « quoi qu’il en coûte » a permis de limiter la hausse du chômage dans notre pays. Ce sont plus de 9 millions de salariés protégés par l’activité partielle au plus fort du premier confinement ; et aujourd’hui près de 3 millions de salariés le sont encore.

Rappeler aussi que plus d’un million de jeunes ont pu trouver un emploi ou une formation grâce au plan 1jeune1solution.

Alors que la reprise économique se confirme, à La République En Marche nous souhaitons poursuivre les transformations du marché du travail et faire progresser la qualité de l’emploi du plus grand nombre.

La crise a mis en lumière certaines impasses : la surutilisation des contrats courts dans certains secteurs - où l’emploi est pourtant régulier - avec les conséquences néfastes que l’on sait pour les travailleurs.

Ce diagnostic est d’ailleurs au cœur des travaux de nos collègues Jean-François Mbaye et Xavier Iacovelli sur le recours aux contrats à durée déterminée d’usage.

Il y a un chiffre saisissant issu de leur rapport : 42% des contrats courts durent moins d’une journée !

Si nous pouvons comprendre les spécificités de certains secteurs, cette précarité ne doit plus être la règle à l’avenir et il faut avoir le courage de s’y attaquer avec bien sûr l’accompagnement qui convient.

Et c’est d’ailleurs tout le sens de la réforme de l’assurance chômage, que nous défendons : inciter les employeurs à recourir à des contrats plus longs.

C’est pourquoi j’ai souhaité interroger Elisabeth Borne sur les pistes prévues dans la nouvelle réforme pour réduire le recours aux contrats courts.


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion